Accueil > Nomadisme > Hiver > Campement d’hiver > Récit d’une aînée icône de traces de pas
Campement d’hiver

Récit d’une aînée

5:30 min. - Un jour, après son accouchement, une femme prit froid et un sein lui enfla. On lui fit alors une tente à suer pour qu’elle transpire et pour faire sortir le froid. On lui prépara également un cataplasme avec du thé du Labrador.

Transcription

Julienne Malec - Pour mes quatorze enfants, je suis allée à l'hôpital seulement deux fois et la dernière fois, c'était pour mes jumelles: des bébés que j'ai eus par césarienne. Je pense que j'ai eu moins de difficulté en forêt qu'à l'hôpital. À la naissance de mes premiers jumeaux, ce sont trois vieilles femmes de Natashquan qui m'ont assistée. Autrefois, les femmes enceintes ne pouvaient même pas imaginer qu'elles pourraient avoir des difficultés en forêt. Quand un enfant naissait, on lui donnait un nom en attendant de le faire baptiser au village, lorsqu'on retournait quatre mois plus tard. Dans mon temps, il n'y avait pas de fréquentations. Les mariages étaient organisés. Moi-même, je n'étais pas en amour quand je me suis mariée. Je ne voulais pas me marier avec un homme qui n'était pas de Natashquan. J'ai ainsi refusé les demandes qui venaient d'ailleurs. Finalement, j'ai marié un veuf de Natashquan.

Un jour, après son accouchement, une femme prit froid et un sein lui gonfla. On lui fit alors un matitushan pour qu'elle transpire et pour faire sortir le froid. On lui prépara également un cataplasme avec du thé du Labrador. Mais elle avait le sein plein de pu. Mon mari, qui était avec nous, lui fit alors une petite incision avec une lame de rasoir. Il n'y avait que du pu. Après qu'il lui eut vidé le sein, sans la recoudre, il lui mit des cataplasmes de gomme de sapin et les protégea d'une peau de lièvre. Sur l'incision, il plaça une peau de rat musqué, une peau qui a la propriété d'aspirer.
Narration - Après les grands froids, c'est-à-dire vers la fin février, on reçoit de la visite bien spéciale directement du nord. Des centaines de perdrix blanches arrivent sur le territoire en quête de nourriture. Pour les Innus, c'est comme un cadeau, une délicieuse variation dans l'alimentation à cette époque de l'année. C'est également une nouvelle occasion pour des retrouvailles car ces perdrix se regroupent à certains endroits montagneux comme « nutapineuan ». C'est là qu'on se rencontrait de nouveau, sur le chemin du retour vers la mer.
Musique - Rodrigue Fontaine, Bill St-Onge, Luc Bacon

À l'intérieur d'une tente, une aînée de Natashquan s'entretient avec Evelyne St-Onge
Vous avez besoin du lecteur Abode Flash Player pour visionner la vidéo ci-dessus. Vous pouvez l'obtenir via le site d'Adobe.

3 commentaires

Clément des Rosiers il y a 6 mois, 1 semaine

Je me doutais bien que des peuples comme les Innus devaient être créatifs, ingénieux et courageux pour avoir, non pas survécu mais bien vécu, en développant une culture à "modèle durable" sur une période du plusieurs millénaires, sans polluer leur TERRE !!! sous un climat pas très méditerranéen !?!.
Les informations données sur ce site sont d'une richesse anthropologique incroyable même si les participants des vidéos s'abreuvent désormais à la technologie du fer et flirtent à la société de consommation. Chez les vieux surtout, on sent bien leur profond attachement au territoire et leurs valeurs spirituelles animistes et humanistes (Philosophie naturelle)
Que Kiche Manito les protège et leur pardonne de donner dans une religion catholique qui les a déjà fait, qui les fait et qui les fera encore souffrir! ( de quoi je me mêle encore...?)

Elysabeth B il y a 3 ans, 7 mois

Un beau partage, merci pour ce beau vidéo tout en douceur de vivre!

Oronhya il y a 7 ans, 7 mois

C'est précieux des vidéos comme ça! Merci du partage! Tsheneshkamaten ^_~


(*) Champs obligatoire





ou

5 vidéos liées à Campement d’hiver

23 mots et expressions liés

anatshenanu
on recouvre le pied de la tente de neige
apakuatakanu patshuianitshuap
on recouvre de toile la structure de la tente
ashitshishtau tshimannu
elle craque une allumette
auneu tshishtapakuna
elle transporte du sapinage
ka uitshinanut
campement
makanipakan
une pelle
mamakushkamu umatukap
il foule la neige sous son poids pour l'emplacement de la tente
mameshikutatsheu
sculpter le bois pour faire des jouets
mishkumi
glace
nanatuaputatsheu
il entaille le tronc pour les plier
pikuakan
trou dans la glace pour pêcher
pimipitshuat
ils circulent en traînant un toboggan
piuashikuaitshenanu
on ébranche un conifère à la hache pour faire un sous-plancher de sapinage
pushtashameu
il chausse ses raquettes
shaputuan
tente conique à deux portes
tashkamishkuteu
il traverse à pied un lac gelé
tetauan
perche centrale
tshineshkan
ciseau à glace
tshissinuashtakanu pikuakan
balise pour le trou de pêche
uapineuat
perdrix blanches
umitshimikusseuakanu
appâts avec des branches de bouleau
utai-kushkan
hameçon en bois
utapanashkut utapeu umitima
elle arrive avec son bois de chauffage sur le traîneau



Haut de page