Accueil > Nomadisme > Hiver > Campement d’hiver > Connaissances de base icône de traces de pas
Campement d’hiver

Connaissances de base

9:49 min. - Une des façons de juger de l’autonomie des jeunes Innus est de voir s’ils savent monter leur tente en plein hiver et de voir s’ils arrivent à être bien confortables à la chaleur, pendant toute la nuit.

Transcription

Narration - Une des façons de juger de l'autonomie des jeunes Innus est de voir s'ils savent monter leur tente en plein hiver et de voir s'ils arrivent à être bien confortables à la chaleur, pendant toute la nuit. C'est qu'il y a beaucoup de choses à savoir. Par exemple, il faut commencer par enlever ses raquettes afin de bien fouler la neige qui formera la base du plancher. À défaut, elle s'affaissera sous le poids de ses occupants, emportant avec elle la chaleur de la tente. Et en prime, toute la structure perdra de sa rigidité. Et pour bien dormir, il faut s'éviter d'avoir des bosses dans le dos. Voilà pourquoi on utilise ses raquettes pour égaliser du mieux qu'on peut le plancher de neige sous les branches d'épinettes. Cette opération réussie, on fixe les perches de la charpente, des perches sur lesquelles on a conservé le branchage pour aider à l'isolation du plancher.
Kanikuen Gabriel - Pendant l'hiver, certains allaient magasiner pour des balles, du thé, du tabac. Ils allaient à Fort Chimo, à Nain, à Utshimassit, à Tshishe-shastshit. J'ai déjà accompagné un groupe à Tshishe-shastshit. On a campé sept fois, juste pour l'aller, et dix fois pour le retour. On est resté une semaine à Tshishe-shastshit. Nous aussi, nous allions chercher de la farine, du tabac, du thé et des balles. Mais le plus important pour nous, c'était les balles. Nous prenions également beaucoup de thé, du thé en vrac, du thé qu'on prenait à grosse poignée. Nous économisions nos balles en nous approchant le plus près possible des proies afin d'être sûr de ne pas manquer notre coup. Nous faisions tellement attention aux balles qu'il arrivait qu'avec trois coups de fusil, nous abattions quatre caribous. Avec une boîte de vingt balles, par exemple, il fallait tuer vingt caribous. C'était à un point tel qu'en entendant un coup de feu, on savait qu'un chasseur avait tué un animal. Nous prenions des chances seulement quand nous n'avions pas grand-chose à manger. Nous tirions alors de loin. C'était pour moi très facile de passer dix mois en forêt: j'aimais ça. Nous savions qu'il y avait d'autres Indiens tout autour et que tout le monde s'entraidait.
Narration - Et la vie battait ainsi sa mesure jusqu'au moment où les journées commençaient à rallonger et que la température devenait plus douce. Alors, les groupes se séparaient.
Rodrigue Fontaine - Chasseur, chasseur
Toi qui sauvegardes bien ton savoir-faire
Chasseur, dans le bois
C'est là que ton grand-père t'a appris à chasser
Chasseur, c'est le temps de monter dans ton territoire
Chasseur, dans le bois, c'est là que ta grand-mère
T'a appris à prendre soin de toi
Chasseur, chasseur toi qui as suivi la rivière
Pour monter dans ton territoire
Chasseur, chasseur tu monteras ta tente...

Musique - Rodrigue Fontaine, Bill St-Onge, Luc Bacon

Jeunes Innus en train de monter une tente sur la neige
Vous avez besoin du lecteur Abode Flash Player pour visionner la vidéo ci-dessus. Vous pouvez l'obtenir via le site d'Adobe.

4 commentaires

Elysabeth B il y a 3 ans, 7 mois

C'est beaucoup de travail et de coopération pour monter un campement. Merci de partager votre enseignement de survie en hiver.

Yves Landry il y a 4 ans, 5 mois

Tshi nashkumitin!!!

Eduardo Vallerio il y a 6 ans, 4 mois

Wonderful production. Congratulations to all the people that worked in this project.
Thanks for sharing your history, culture and spirituality.
Eduardo Vallério

isabelle defaudais il y a 6 ans, 11 mois

beau documentaire, belle musique, impressionant!
salutations de berlin


(*) Champs obligatoire





ou

5 vidéos liées à Campement d’hiver

23 mots et expressions liés

anatshenanu
on recouvre le pied de la tente de neige
apakuatakanu patshuianitshuap
on recouvre de toile la structure de la tente
ashitshishtau tshimannu
elle craque une allumette
auneu tshishtapakuna
elle transporte du sapinage
ka uitshinanut
campement
makanipakan
une pelle
mamakushkamu umatukap
il foule la neige sous son poids pour l'emplacement de la tente
mameshikutatsheu
sculpter le bois pour faire des jouets
mishkumi
glace
nanatuaputatsheu
il entaille le tronc pour les plier
pikuakan
trou dans la glace pour pêcher
pimipitshuat
ils circulent en traînant un toboggan
piuashikuaitshenanu
on ébranche un conifère à la hache pour faire un sous-plancher de sapinage
pushtashameu
il chausse ses raquettes
shaputuan
tente conique à deux portes
tashkamishkuteu
il traverse à pied un lac gelé
tetauan
perche centrale
tshineshkan
ciseau à glace
tshissinuashtakanu pikuakan
balise pour le trou de pêche
uapineuat
perdrix blanches
umitshimikusseuakanu
appâts avec des branches de bouleau
utai-kushkan
hameçon en bois
utapanashkut utapeu umitima
elle arrive avec son bois de chauffage sur le traîneau



Haut de page