Accueil > Culture > Portrait de la nation > Tshishe-shastshit icône de traces de pas

Tshishe-shastshit

Tshishe-shastshit est une des deux communautés innues de la province de Terre-Neuve et Labrador. Elle est située à la tête du lac Melville, ou Hamilton Inlet. Son nom signifie « l’endroit étroit sur la rivière ». Ce lieu constituait un site de rassemblement estival pour les Innus qui occupaient l’intérieur des terres la majeure partie de l’année, à la poursuite des caribous. C’est aussi là qu’ils rencontraient les missionnaires et échangeaient leurs fourrures auprès des marchands de la Hudson's Bay Company.

La sédentarisation, encouragée qu’elle fut par le gouvernement fédéral, suivra de peu l’établissement d’une mission catholique romaine du côté sud de la rivière. Au début de la décennie de 1960, les quelques maisons existantes étaient entourées de nombreuses tentes. Le village, qui regroupe de nos jours quelques 1 200 résidents, compte une école, une église, une clinique médicale, un centre de santé pour jeunes ainsi que plusieurs commerces.

DÉMOGRAPHIE
Nombre de personnes dans la communauté : 644
Nombre de personnes en dehors de la communauté : 50
Total : 694

Localisation : à environ 40 kilomètres de la ville de Happy Valley-Goose Bay.

Le 23 novembre 2006, la collectivité de Sheshatshiu a été constituée en réserve pour la Première nation innue de Sheshatshiu.
La réserve se compose de 804 022 hectares de terres, à savoir l'assise territoriale communautaire actuelle de la Première nation innue de Sheshatshiu ainsi que les terres de la Couronne fournies par la province de Terre-Neuve et Labrador. La création d'une réserve à Sheshatshiu fait partie d'une stratégie à long terme visant à remédier aux problèmes sociaux de la collectivité.
La collectivité de Sheshatshiu se situe dans une collectivité rurale, à environ 40 kilomètres de la ville de Happy Valley-Goose Bay. La collectivité de North West River se trouve à proximité de Sheshatshiu; elles sont séparées par la rivière North West.
La Couronne fédérale détient les titres de propriété officiels relatifs aux réserves. Affaires indiennes et du Nord Canada, selon les instructions du Conseil de bande, administre, contrôle et gère les réserves des Premières nations au nom de la Couronne. Il se pourrait qu'à l'avenir, la Première nation innue de Sheshatshiu se charge de gérer la réserve à certains égards, si elle choisit de le faire.
Dans la réserve, la Première nation pourrait désigner certaines terres à des fins de location. D'habitude, les terres sont louées à des membres de la bande ou à d'autres personnes qui veulent réaliser des projets de développement économique. La désignation de terres à cette fin procure à la Première nation plus de souplesse pour modifier ou adapter l'utilisation du territoire en fonction des besoins de la collectivité; cela protège ses intérêts à long terme et lui fournit un revenu sous la forme d'un loyer établi d'après les prix équitables du marché. Les membres de la bande doivent consentir à la désignation par voie de référendum, approuvé par le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, et dont la location initiale (location principale) est administrée par le Ministère.
À Sheshatshiu, des terres doivent être mises de côté par le ministre des Affaires indiennes et du Nord Canada, avec le consentement du Conseil de bande de la Première nation innue de Sheshatshiu, pour des projets non commerciaux particuliers qui amélioreront le bien-être général de la population. Ainsi, un terrain sera réservé à la construction de l'école et de l'immeuble de la nation innue.
En plus du pouvoir dont jouissait déjà le Conseil relativement à la création de règlements, la Loi sur les Indiens donne au Conseil, en ce qui concerne la création des réserves, le pouvoir d'adopter des règlements liés aux terres à diverses fins elles-mêmes décrites dans la Loi. À cet égard, mentionnons l'observation de la loi et le maintien de l'ordre, le zonage, l'imposition foncière dans la réserve, les dangers pour la santé, la construction et l'entretien des routes.
Le Conseil peut décider qui peut vivre dans la réserve. Toutefois, aucun règlement ne peut empiéter sur les droits de la personne garantis par la Loi sur les Indiens. Avec le consentement d'une majorité d'électeurs de la Première nation, le Conseil peut aussi prendre un règlement interdisant la possession, l'utilisation et la vente de stupéfiants dans la réserve. Avant qu'un règlement puisse entrer en vigueur, le Ministre doit en avoir reçu un exemplaire.
Les règlements adoptés par le Conseil ne peuvent s'appliquer en dehors des limites géographiques de la réserve. Cependant, en l'absence de lois fédérales, de nombreuses lois provinciales s'appliquent dans la réserve, dont celles qui portent sur le bien-être des enfants, le droit familial et les contrats, les sociétés par actions et la réglementation des métiers et des professions. En général, si la province a le pouvoir constitutionnel d'adopter une loi et qu'elle l'applique à tous ses habitants, la loi en question s'appliquera dans la réserve.

Statistiques Canada (Recensement de 2006)

La communauté

4:43 min. - « Ici le gouvernement de Terre-Neuve ne nous reconnaît pas, comme celui du Québec fait avec les autres bandes innues et nous n’avons pas droit à des subventions. D’où nos négociations. » Ancien chef de Tshishe-shastshit

Transcription

Pun Penashue - Nous avons ici pas mal de services: écoles, bureaux de Innu Nation, refuge pour femmes battues, accueil pour adolescentes enceintes avec aide aux études. Nous avons même une prison. Ici le gouvernement de Terre-Neuve ne nous reconnaît pas, comme celui du Québec fait avec les autres bandes innues et nous n'avons pas droit à des subventions. D'où nos négociations. On travaille beaucoup sur le dossier de la reconnaissance, pour ne pas être reconnus comme résidents de Terre-Neuve. En 1949, quand Terre-Neuve a joint le Canada, il devait recevoir de l'argent pour s'occuper des Indiens. Mais il a préféré les considérer comme résidents ordinaires. On n'a donc jamais vu l'argent. Cependant le dossier sera revu par les Affaires indiennes du gouvernement du Canada et non pas celui de Terre-Neuve. L'Innu vient de la Terre et vit de la Terre. Il faut respecter la Terre et c'est dans ces termes que je travaille.
Musique - Philippe Mckenzie

Vue aérienne de la communauté de Tshishe-shastshit
Vous avez besoin du lecteur Abode Flash Player pour visionner la vidéo ci-dessus. Vous pouvez l'obtenir via le site d'Adobe.

Soyez le premier à commenter!


(*) Champs obligatoire





ou



Haut de page